« Notre Mag » est le magazine en ligne de LAPLUME.MG, agence de rédaction et d’externalisation BPO à Madagascar.

Notre équipe met à votre disposition ses plumes d'exception mêlant savoir-faire littéraire et marketing. Les contenus sortis de nos imaginations mixés avec  une bonne dose d’optimisations SEO sont ainsi des outils infaillibles pour transformer chaque prospect en acheteur.

 

Contacts :

Site web : www.laplume.mg

E-mail : contact@laplume.mg

Skype : laplume.mg

Linkedin : Laplume.mg Madagascar

  • Home
  • /
  • VOYAGE
  • /
  • La singularité de la cuisine chinoise
singularité cuisine chinoise

La singularité de la cuisine chinoise4 min de lecture

Quand on parle de cuisine chinoise, on pense tout de suite aux raviolis, aux nouilles et au bol de soupe. Cependant, cette cuisine aux mille saveurs ne se cantonne pas à ces quelques spécialités. Authentique et singulière, elle n’a rien à envier à la gastronomie occidentale. En quoi ? Elle a ses particularités qui, depuis longtemps, ravissent le palais de toutes les populations du monde.

 

Une cuisine aux saveurs uniques

À la base, la gastronomie chinoise repose sur 5 saveurs : salée, sucrée, aigre, amère et piquante. Dans chaque mets, celles-ci sont équilibrées suivant les principes de la médecine traditionnelle chinoise. Ce qui fait que les goûts de chaque plat peuvent varier significativement.

Sachez aussi qu’en Chine, la cuisine locale s’agrémente généreusement de légumes et de fruits. Les Chinois en sont friands. Ce qui explique en un sens pourquoi on y trouve une grande variété de végétaux, dont certains, endémiques comme l’igname de Chine et le pomelo.

En dehors de ses étonnantes combinaisons de goûts et ses végétaux, la cuisine de cet éminent pays d’Asie est également réputée pour ses ingrédients peu « orthodoxes ». Du côté viande, les plats chinois recèlent parfois des éléments qui, assurément, feraient tourner les talons aux étrangers et aux cœurs sensibles. À titre d’exemple, on dénote les insectes, les scorpions, la fondue de viande canine ou encore les rats.

Il faut aussi savoir qu’en Chine, il n’y a pas que les ingrédients qui sont variés. Il en va de même pour le mode de cuisson. Par exemple, un poisson se cuisine à l’étuvé, à l’étouffé, bouilli, frit, rôti, sauté, mariné, conservé dans de la saumure ou cuit avec une sauce soja ou aigre-douce.

En somme, on mange presque de tout en Chine. Par contre, les gens consomment, autant que possible, des produits frais, que ce soit des légumes ou de la viande. Il en va de même pour les produits de saison. Les nourritures congelées et en conserve sont très peu populaires.

 

A lire aussi : Les effets du fast-food sur notre santé

 

cuisine chinoise

La gastronomie chinoise repose sur 5 saveurs : salée, sucrée, aigre, amère et piquante.

 

 

Une cuisine disparate selon les régions

Si vous avez l’occasion de faire le tour du pays, vous verrez que chaque région se spécialise dans des saveurs spécifiques. En Sichuan par exemple, on se laisse enflammer par des spécialités piquantes. À Hong Kong, les mélanges sucré-salés viennent créer une agréable confusion de douceurs en bouche. Dans le Nord de la Chine, on préfère le salé tandis que dans le Sud, certaines minorités préfèrent avoir de l’aigre de leurs plats.

Sinon, le Nord-est davantage connu pour privilégier le blé à table. On retrouve cette céréale dans tous ses états : en ravioli, en pâte, en petits pains cuits à la vapeur, etc. Dans le sud en revanche, presque tous les repas s’accompagnent d’un bol de riz blanc ou des nouilles de riz.

 

Les quelques spécificités de la cuisine chinoise sur table

En dehors de ce qui se concocte dans les marmites, la cuisine des Chinois se singularise aussi pour le dressage de ses plats et pour ses couverts.

Pour le cas particulier des poissons et des volailles par exemple, on les sert entiers, avec les arêtes et les os. Si ces derniers sont assez mous, ils se mastiquent et se mangent. Dans le cas contraire, ils se recrachent dans une assiette à part. Les Chinois sont aussi réputés pour leur savoureux bouillon d’os.

Quant au dressage, vous avez tous les plats réunis en centre de la table. Toutes les personnes à table sont libres de se servir durant le repas. Les mets sont présentés avec exagération : avec une forme réaliste, des motifs précis, des légumes et des herbes décoratifs. Ils se doivent ainsi d’inspirer les yeux avant même la première bouchée. Les plats sont découpés en multiples petites bouchées afin de faciliter la prise à la baguette. Certaines grosses portions sont parfois laissées telles qu’elles si elles sont suffisamment ramollies.

Sachez aussi que l’invité se place en tête de table, loin de la porte d’entrée et près des plats les plus coûteux.

Sachez que pour les Chinois, certains plats se rattachent à certaines superstitions. Pourquoi les raviolis ont la forme de mini lingots ? On pense que s’ils sont consommés au Nouvel An, ils apportent la fortune pour l’année à venir. Et le gâteau de lune et leurs lignes arrondies ? Ils représentent la réunion de la famille durant la fête de la Mi-Automne.

Il faut aussi connaitre que la cuisine chinoise se distingue pour ses noms de plats très inspirés, mais parfois trompeurs. Les « fourmis grimpant aux arbres » désignent un plat de vermicelles et de porc-épic haché. Vous avez également le « poulet des champs » pour indiquer un mets à base de grenouille.

Laisser un commentaire