« Notre Mag » est le magazine en ligne de LAPLUME.MG, agence de rédaction et d’externalisation BPO à Madagascar.

Notre équipe met à votre disposition ses plumes d'exception mêlant savoir-faire littéraire et marketing. Les contenus sortis de nos imaginations mixés avec  une bonne dose d’optimisations SEO sont ainsi des outils infaillibles pour transformer chaque prospect en acheteur.

 

Contacts :

Site web : www.laplume.mg

E-mail : contact@laplume.mg

Skype : laplume.mg

Linkedin : Laplume.mg Madagascar

  • Home
  • /
  • SANTÉ
  • /
  • Variants du Covid : ce qu’il faut savoir
variants coronavirus

Variants du Covid : ce qu’il faut savoir4 min de lecture

La nouvelle année vient à peine de débuter que deux nouveaux variants du Sars-CoV-2 pointent déjà leur nez. L’un apparut au Royaume-Uni tandis que l’autre, en Afrique du Sud. Ceux-ci sont connus pour être plus contagieux. De fait, la communauté scientifique exprime son inquiétude, et ce, en dépit de la campagne de vaccination anti-Covid instiguée récemment. À quoi faut-il s’en tenir ? Que peut-on dire sur ces nouveaux variants ?

 

Le Sars-CoV-2 du Royaume-Uni et de l’Afrique du Sud : l’état de situation

À peine la nouvelle année entamée que le Sars-CoV-2 fait déjà parler de lui. Au Royaume-Uni et en Afrique du Sud, le virus responsable y aurait muté. Ce qui laisse place à deux nouveaux variants de la maladie. Selon les premiers rapports, ces derniers montrent une plus importante transmissibilité. Un détail qui inquiète grandement la communauté internationale.

De ce que l’on sait, le coronavirus aurait muté maintes fois depuis son apparition. La plupart du temps, les mutations étaient à caractère anodin. Mais cette fois-ci, cela a généré une plus grande résistance et une transmissibilité plus importante du coronavirus.

Selon l’Imperial College de Londres, le premier variant (baptisé à l’origine B.1.1.7 et connu désormais comme le VOC 202012/01) fut détecté en novembre au Royaume-Uni.

Cette nouvelle souche du Sars-CoV-2 s’est vite répandue à travers la nation et au-delà des frontières britanniques. En effet, il s’est exporté dans plus de 10 pays à travers le monde, dont les États-Unis, l’Inde, le Danemark ou encore la Corée du Sud. Il est à noter que les premières études ont mis en évidence une transmissibilité plus importante chez les jeunes de moins de 20 ans.

Le second variant dit 501.V2 trouve ses racines en Afrique du Sud. Son dépistage remonte au mois d’octobre dernier. En plus de s’être propagé sur tout le territoire, celui-ci a traversé les mers pour atteindre le Royaume-Uni et la France.

De nos jours, les séquençages et les tests de dépistage vont bon train, mais les experts avouent que les cas sont possiblement sous-estimés.

 

 

variants covid-19

Les nouveaux variants du Covid-19 sont plus contagieux qu’il faut prendre le maximum de précautions.

 

A lire aussi : Les effets du fast-food sur notre santé

 

La transmissibilité des deux nouveaux variants : ce que disent les rapports d’étude

Selon les études menées, ces deux variants embarquent plusieurs mutations à leur compteur, dont la N501Y. Cette dernière se fixe sur le coronavirus, au niveau de la protéine spike. Elle contribue dans le phénomène d’infection vu qu’elle s’accroche aux récepteurs ACE2 des cellules humaines. Elle possède la particularité d’accroître la capacité de fixation du virus sur ces récepteurs. L’ECDC ou Centre européen de prévention et de contrôle des maladies pense qu’il existe probablement une relation entre cet attachement et l’augmentation de la transmissibilité du Sars-CoV-2.

Suivant les calculs du LSHTM ou London School of Hygiene and Tropical Medicine, la transmissibilité de la maladie aurait augmenté de 50 à 74 %. L’Imperial College de Londres ajoute à cela un taux de reproduction du virus accru de 0,4 à 0,7.

Cela confirme les évaluations initiales du groupe de chercheurs NERVTAG qui estime que la transmission est accrue de 50 à 70 %. Ainsi, selon les calculs de la London School of Hygiene and Tropical Medicine (LSHTM), le variant britannique serait plus contagieux.

Pour ce qui est du virus africain, les études préliminaires supposent aussi une plus importante transmissibilité. Il est cependant à noter que les données fournies restent encore insuffisantes pour prêter une quelconque certitude quant aux deux variantes.

 

Plus contagieux ? Oui ! Dangereux ? À confirmer !

L’ECDC indique qu’il n’y a aucune information quant à la gravité d’une infection par ces nouvelles souches. Néanmoins, cela laisse entrevoir une recrudescence des hospitalisations et du nombre des morts. Cela suppose une plus grande pression sur le système de santé des pays infectés. À comparer, un variant plus mortel de 50 % suggère 193 morts en un mois tandis qu’un taux de transmissibilité accru de 50 % peut générer jusqu’à 978 morts. Concrètement, ces deux variantes laissent entrevoir une accélération de l’épidémie.

 

Quelles mesures pour contrer cette nouvelle vague de Sars-CoV-2 ?

Au vu de la complexité de la situation et des incertitudes qui planent encore, la LSHTM pense que de simples restrictions au Royaume-Uni se révéleraient insuffisantes pour maitriser la situation. Une fermeture des institutions pédagogiques serait l’idéal pour les jeunes de moins de 20 ans, les nouveaux vulnérables à la maladie Sars-CoV-2.

Laisser un commentaire